« Peanuts » de Fausto Paravidino (2005)

Un « gamin » garde un appartement de prix, c’est sa mission. L’appartement est de plus en plus investi par une bande de copains. Déprédations et dommages se multiplient. Le fils des propriétaires (qui sont en voyage) arrive. Stupéfié par l’état de délabrement de l’appartement, il met tout le monde dehors.

Dix ans plus tard. Partagés entre enquêteurs-policiers-bourreaux et prisonniers-victimes, tous les personnages se retrouvent dans un commissariat de police oppressant et miteux, les premiers faisant subir aux seconds toutes sortes de tortures, jusqu’à la mort.

La scène de l’évacuation vécue dix ans auparavant se répète mais ne se termine pas de la même façon. Les squatteurs ne bougent pas et entonnent…

« Frère Jacques »…

Chez L’Arche Editeur.

(à rapprocher de « George Kaplan » de Frédéric Sonntag).

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s