« Manuel de libération », Alexander Kuznetzov (2016)

On peut également juger du niveau de démocratie des pays à la manière dont ils traitent leurs ressortissants vulnérables, légèrement déficients, orphelins, handicapés physiques ou mentaux (1).

A l’internat neuropsychiatrique de Tinskaya, en Russie (Sibérie), deux jeunes femmes, Yulia et Katia, internées depuis leur enfance (elles auraient pu l’être à vie !) luttent, auprès des médecins et des juges, pour recouvrer leur liberté et leurs droits civiques.

Katia reste enfermée. Yulia obtient sa libération à… 34 ans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s