« Nothingwood », Sonia Kronlund (2017)

« L’Afghanistan, c’est Rienwood » affirme Salim Shaheen réalisateur super-star dans son pays (pauvre) : l’Afghanistan. Il a réalisé plus d’une centaine de films de seconde zone avec trois fois rien. Là, où les armes circulent (il ne se déplace pas sans un service de sécurité), où les femmes n’ont strictement aucune place (sinon dissimilées derrière les murs de leurs maisons) (Salim Shaheen ne présentera pas ses… deux… épouses… à la réalisatrice du documentaire), où des assemblées de spectateurs l’acclament à la fin de chacune de ses prises de vue lui et ses acteurs (dont l’un – une autre star dans son pays – pourrait être lapidé pour être ouvertement efféminé), il pavane avec son look de mafioso, par les rues, par les villages les plus reculés de son pays. Pour chacune de ses prises de vue, plus délurées, plus excentriques les unes que les autres, il hurle : « Action ». Pour montrer l’exemple à ses comédiens, il joue lui-même tous les personnages. Sur les lieux de tournage, il perd souvent le contrôle de ses nerfs, mais il retrouve très vite sa bonne gouaille. Il réalise des comédies musicales, des mélodrames, des films de guerre, des films hyper-stéréotypés, toujours le « même film » (c’est pourquoi il est très prolifique) : il est la photographie de son pays.

Il constitue le sujet du premier film de Sonia Kronlund (la fameuse animatrice de l’émission « Les pieds sur terre » sur France-Culture).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s