« Eté 93 » de Carla Simón (2017)

C’est un (premier) film sur l’enfance (les paroles des adultes arrivent toujours un peu comme à la périphérie).

C’est un film sur le deuil et sur la gestion de la mort (une petite fille doit faire face à la mort de ses deux parents) et sur la résilience (comment gérer, comment surmonter la mort ? La petite fille expérimente tout : l’imitation de la mère, la fugue, les questions directes – parce qu’on lui cachait une partie de la vérité – , la disparition et la mise en danger d’une autre petite fille – sa cousine…)

C’est un film sur le silence et sur les non-dits.

C’est un film impressionniste tout en finesse, tout en demi-teinte, tout en suggestion…

Entièrement motivé et tendu vers la dernière image…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s