« Gertrude Stein n’est pas un nom de piano » Francisco Javier Suárez Lema (2015-2017)

Pièce sur le fondamentalisme, la religion, les caricatures du prophète, le radicalisme, l’extrême-droite, le terrorisme, Boko Haram, l’assassinat de Théo Van Gogh à Amsterdam, l’orientation sexuelle, le sort réservé aux homosexuels par l’armée islamique, en contrepoint avec le temps de l’Occupation, de la collaboration et de la résistance, la vie et l’œuvre de Gertrude Stein ou l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy par Ostwald.

Selma, écrivaine tourmentée, accompagnée  de son éditeur sans scrupules, se prépare à recevoir le prix Nobel de littérature dans sa chambre d’hôtel à Stockholm pour son roman « Les imposteurs » qui connaît un succès mondial et qui lui vaut des menaces de mort en provenance de terroristes. Elle reçoit la visite du spectre de Gertrude Stein. A cinquante ans de distance, un dialogue s’engage entre les deux femmes et leurs deux époques…

Francisco Javier Suárez Lema

Gertrude Stein 2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s