Thomas Ostermeier (Rétrospective 2000 – 2018)

« Je suis, si l’on veut, le petit frère des déconstructivistes : mes grands frères ont tout fait voler en éclats, alors il faut bien quelqu’un pour rassembler les morceaux et les recoller – c’est ce que je fais. » Backstage (édité chez l’Arche, 2015)

 Manque, Sarah Kane (2000)

Ostermeier manque


Nora
Maison de poupée d’Ibsen (Festival d’Avignon, 2002-2004)


Woyzeck (
Festival d’Avignon, cour d’honneur, 2004)

https://vimeo.com/123925894


Solness le constructeur
d’Ibsen (Burgtheater de Vienne, juin 2004)


Anéantis
Sarah Kane (2005)

59emeFESTIVAL D'AVIGNON

Hedda Gabler Henrik Ibsen (Schaubühne de Berlin, 2005)

https://www.youtube.com/watch?v=rG0lbeYRKUY
https://www.youtube.com/watch?v=aWPITLxp7vw
https://www.youtube.com/watch?v=6AQa2HZO5uQ
https://www.youtube.com/watch?v=UJWWvgB5yv4
https://www.youtube.com/watch?v=5ZJjYhmxhDU

Ostermeier Hedda 1


Hamlet
de William Shakespeare (Festival d’Avignon, cour d’honneur, 2008)

https://www.youtube.com/watch?v=kda3dpDhIW4
https://www.youtube.com/watch?v=LtW1T7SnSX0
https://www.youtube.com/watch?v=BVCoajQVjBI
https://www.youtube.com/watch?v=Bdbuv0u02s4
https://www.youtube.com/watch?v=6JGKpWanraU

Ostermeier 2

John Gabriel Borkman d’Ibsen (Théâtre National de Bretagne de Rennes, décembre 2008 ; Schaubühne Berlin, janvier 2009)

https://www.youtube.com/watch?v=Q53Qs8UvN68

 

Dämonen (Les démons) de Lars Norén (Schaubühne Berlin, mars 2010)

https://vimeo.com/38901848
https://www.youtube.com/watch?v=GNOUheC1M1Q&feature=youtu.be

 

Mesure pour Mesure de William Shakespeare (Lanestheater – Salzburger Festspiele, août 2011)

https://www.youtube.com/watch?v=s-11RARFVqA

 

Un ennemi du peuple Henrik Ibsen (2012)

 

 

La Mouette de Tchekhov (2014)


Richard III
 de William Shakespeare (Festival d’Avignon 2015)

Ostermeier richard


Retour à Reims
de Didier Eribon (2017-2018)

 

Professeur Bernhardi de Schnitzler (2017-2018)

Le professeur Bernhardi, médecin et directeur d’une clinique renommée, refuse à un prêtre l’accès à la chambre d’une patiente, à laquelle ce dernier veut donner l’extrême onction. En phase terminale d’une infection sanguine suite à un avortement qui a mal tourné, la jeune femme délire et se croit guérie. Bernhardi considère de son devoir de médecin et d’humaniste de lui permettre une « mort heureuse » en la maintenant dans son illusion. De son côté, le prêtre tient à son devoir religieux de gardien des âmes. Tous deux échouent : tandis qu’ils discutent, la malade meurt, alertée avant cela de son état par le personnel hospitalier qui, contre la volonté du médecin, a signalé la venue du prêtre. Pour Bernhardi, qui est d’origine juive, cet accident malheureux se transforme rapidement en un scandale politique qui menace de ruiner son existence et celle de sa clinique. On lui reproche de s’en prendre à dessein aux sentiments religieux chrétiens. Rapidement, un antisémitisme latent émerge et enfle. Pour protester contre Bernhardi, le conseil de direction de l’institut se désolidarise de lui. Des concurrents au sein du corps médical usent délibérément de ressentiments antijuifs afin de suspendre Bernhardi et d’intégrer, avec leurs amis, des postes haut-placés. Au Parlement, les populistes de droite obtiennent même l’ouverture d’une procédure pénale contre Bernhardi. Le ministre en charge Flint, un ami et ancien camarade d’université de Bernhardi, lui refuse finalement son soutien, afin de ne pas compromettre son propre programme politique avec cette affaire. Mais Bernhardi bénéficie soudain du soutien de l’extrême gauche, qui veut faire de lui un martyr. Ne voulant pas être instrumentalisé à leurs propres fins politiques, il renonce à une lutte ouverte contre le mensonge et pour sa réhabilitation.
Professeur Bernhardi est l’un des rares textes dramatiques explorant minutieusement un contexte professionnel au-delà du cadre émotionnel et familial de ses personnages. Le monde professionnel de l’hôpital y est traité en modèle réduit d’une société dominée par le carriérisme, la concurrence et le ressentiment, à l’antisémitisme latent. Dans sa mise en scène de cette comédie de Schnitzler – c’est avec cette ambiguïté que l’auteur qualifiait sa pièce – Thomas Ostermeier s’attache particulièrement à la question de savoir comment un cas isolé peut devenir systématiquement instrumentalisé par un groupe afin de satisfaire ses propres intérêts et désirs de pouvoir ; comment des faits apparemment indiscutables peuvent être déformés et relativisés au point que « l’objectivement vrai » perde peu à peu ses contours. Que reste-t-il de la vérité lorsqu’elle se retrouve pulvérisée en interprétations divergentes ?

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Thomas Ostermeier (Rétrospective 2000 – 2018)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s