« Qu’est-ce que l’esthétique ? » Marc Jimenez (1997)

Fait rarissime dans l’histoire de la connaissance humaine (c’est pourquoi ce blog lui consacre un onglet en soi), le XVIIIe siècle a vu naître une nouvelle matière philosophique (discipline qui justifie à elle seule l’existence de ce blog) : l’Esthétique (antérieurement on parlait d’histoire de l’art, etc.). A notre insu collectif, cette nouvelle matière a révolutionné le champ de la connaissance et notre conception même de l’Homme : éveil de l’esprit critique, autonomisation de l’art et des individus (phénomène majeur  du XIXe  et du XXe siècle : l’individuation). Par ce livre, Marc Jimenez retrace l’histoire (lente et progressive) de cette matière : d’Aristote (Imitation de la nature et catharsis) à nos jours, en passant par Platon, Descartes (Dieu accorde à l’homme un libre-arbitre. L’homme est perçu comme un sujet autonome susceptible de penser le monde et de se penser lui-même comme sujet-pensant : « Je pense donc je suis »), Diderot (Fondation d’un genre littéraire nouveau : le critique d’art ; autrement dit l’instauration d’un lieu de discussion), Marx (absurdité de la civilisation qui mise tout son développement sur le progrès scientifique au détriment de l’épanouissement de l’individu), Kant (La philosophie religieuse n’ôte plus à l’homme le pouvoir de créer. Le beau s’affranchit des valeurs du bien et du vrai. La nature n’est plus considérée comme la seule finalité de l’artiste.), Hegel, Nietzsche, Schiller, Schopenhauer, Freud, Baudelaire (naissance de la modernité), Heidegger (Il existe une possibilité à l’homme d’échapper à son destin fatal, cette possibilité est celle que donne à l’homme la parole poétique d’habiter poétiquement la terre),  Hölderlin (La poésie est la fondation de l’Être par la parole), Benjamin (Critiquer une œuvre d’art c’est la terminer), Adorno (Les œuvres d’avant-garde, même les plus hermétiques, résistent au bradage opéré par l’industrie culturelle. Il faut résolument être modernes), Jauss (importance de l’accueil et de la réception de l’œuvre par le public. Apparition d’un nouveau mode d’analyse des œuvres d’art : la déception de l’horizon d’attente), Lyotard (Plus personne ne croît au thème du progrès, ni à celui de l’émancipation de l’homme grâce à la science et à la technique : la condition post-moderne de l’homme), Habermas (les médias sont un accélérateur de la propagation de l’art et de la culture), Goodman (un objet d’art le devient si je décide de le voir ainsi), Danto (Seule l’interprétation permet d’expliquer la transfiguration d’un objet banal en œuvre d’art. L’art n’est rien d’autre que ce que l’on décide qu’il soit).

Un livre majeur qui donne des clefs pour mieux appréhender l’art (et le monde) d’aujourd’hui. Une étude magistrale.

« Si je m’en tiens au stade primaire de la sensation et de la perception,  il est compréhensible que la contemplation de l’œuvre d’art me plonge dans un état de mutisme. Si je me représente ce que je dis et prends conscience de ce que je ressens, j’accède au stade de l’expérience artistique. » Marc Jimenez

Jimenez Esthétique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s