Les frères Chapman

Ils ont envisagé de changer leur nom pour Goya. Ils étaient particulièrement hantés par la fameuse série d’eaux-fortes connue sous le nom de « Disasters of War », dans laquelle Goya dépeignait les atrocités dont il avait été témoin avec une horreur viscérale dans la guerre péninsulaire entre l’Espagne et la France (1808-1814). Dans son livre sur Goya, Robert Hughes affirme que la série est « le plus grand manifeste anti-guerre de l’histoire de l’art ». Les titres sardoniques de Goya offrent un sentiment cumulatif de terreur : « C’est mauvais », prévient la légende d’une photo d’un moine poignardé dans le cœur par un sabre français ; « C’est pire », lit-on pour un Espagnol empalé sur un arbre de son anus à sa gorge ; « On ne peut pas regarder », déclare un autre, sous un groupe qui plaide pour leur vie tandis qu’un groupe de baïonnettes apparaît à travers le bord du cadre. Les désastres de la guerre ont été jugés trop horribles pour être montrés du vivant de Goya ; les copies ont été publiées pour la première fois en 1863 – 35 ans après sa mort.

L’utilisation de l’art par Goya comme provocation a inspiré les Chapman, qui sont bien connus pour leur utilisation agressive de tactiques de choc et leurs créations d’œuvres d’une « vertigineuse obscénité », comme ils les appellent, depuis leurs débuts. Revenant à « The Disasters of War » à plusieurs reprises depuis plus d’une décennie, ils ont adapté l’exemple de Goya dans le cadre d’un impact contemporain. Pour les Chapman, son esthétique sans faille était en avance sur son temps ; ils l’ont loué comme « le premier artiste moderniste, le premier qui a eu la profondeur psychologique et politique ». « Goya est la source noire du sinistre torrent », écrivait le critique d’art Matthew Collings. Il est à une extrémité et Jake et Dinos Chapman sont à l’autre.

En 1993, les frères Chapman ont recréé « The Disasters of War » comme une série de tableaux miniatures. Ils firent fondre des soldats de plomb, les tordant, les mutilant et les peignant pour ressembler aux versions lilliputiennes des gravures de Goya, chaque scène compliquée et sanglante étant enchâssée dans sa propre petite île au vert mousse. L’année suivante, ils ont recréé la plaque 39 de « The Disasters of War » – « Great Feat ! » à plus grande échelle, en utilisant des mannequins à perruque de nylon. « Great Deeds – Against the Dead » 1994, qui fut leur contribution à la légendaire exposition « Sensation » à l’Académie Royale, représente trois corps masculins nus attachés à un arbre. Du sang coulait des entrailles de ces mannequins où leurs organes génitaux eussent été situés, s’ils les avaient jamais eus. Les bras d’une victime se balancent par les poignets à la potence improvisée à côté de la carcasse de son torse, la tête coupée étant enfoncée sur une branche.

 

1993 : «Disasters of War  »

 

 

1994 : « Great Deeds – Against the Dead »

Chapman 1994 Great Deeds

 

1994 : « Fuck Face »

 

 

1995 : « Two Faced Cunt »

chapman 1995 Two Faced Cunt

 

1995 : « Zygotic Acceleration, Biogenetic, De-Sublimated Libidinal Model »

Chapman 1995 Zygotic Acceleration

 

1996 : « Tragic Anatomies »

 

 

 

1997 : « Fore Head »

 

 

 

2003 : « Death »

Chapman 2003 death

 

 

2003 : « Sex I »

 

 

 

2004 : « Migraine »

Chapman 2004 migraine

 

2006 : « Gott im Himmel ! Ze vicious circle »

Chapman 2006 Gott 1

 

2006 : « All good things must come to an end »

 

 

 

2007 : « My cat went to see hell and all i got was this lousy souvenir  »

Chapman 2007 My cat went to

 

2007 : « River of blood »

Chapman 2007 River

 

 

2008 : « Fucking Hell »

Fucking Hell a été créé à la suite de Hell détruite en 2000 lors de l’incendie de l’entrepôt d’art Momart à Londres. Fucking Hell a  repris l’idée de la première œuvre en version agrandie. L’œuvre représente des scènes de la seconde guerre mondiale. Elle est composée de 9 vitrines ordonnées en forme de croix gammée. Ces vitrines contiennent des maquettes où de petits personnages, n’étant autres que des soldats nazis, souvent sous forme de squelette, sont présents.

 

 

 

2008 :  « I wanted to be popular »

 

 

 

2008 :  « I wanted  to impress friends »

 

 

 

2009 : « Ship of fools »

 

 

 

2011 : « The dark destroyer »

 

 

 

2013 : « One day you will no longer be loved (that it should come to this…) VIII »

Chapman 2013 One day Louis 14

 

 

2014 : « Don’t look now »

Chapman 2014 Don't look

 

 

2015 « Scraping the bottom of the barrel of laughs »

Chapman 2015 Scraping the bottom

 

 

2015 : « Little miss mcmuffet sat on her mctuffet »

Chapman 2015 Little miss mcmuffet

 

 

2015 : « Homage to Freud, eggs and bacon »

Chapman 2015 Homage to Freud

 

 

2016 : « A. Hitler »

Chapman 2016 A. Hitler

Jake (né en 1966) et Dinos (né en 1962) artistes plasticiens britanniques vivent et travaillent tous deux à Londres.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s