« Poings » Pauline Peyrade (2017)

Désir d’une femme de mettre son poing sur la gueule d’un homme. Poings serrés contenus dans les poches d’une femme.

En forme de théâtre polyphonique (partition musicale), chronique (du point de vue de la femme) de la rencontre, « malentendue » (c’est un malentendu), ultra-violente, entre une femme et un homme, depuis la scène de la rencontre initiale (« Ouest »), d’emblée manipulatrice et contrainte (sous les apparences d’une drague dans une boîte de nuit) (la femme est indéniablement subjuguée), en passant par la scène du viol (relation forcée depuis le début) (« Nord ») ; à celle du départ en vacances, en compagnie d’un homme égoïste autocentré (« Sud ») ; à la scène chorale : toutes les voix (du monde) qui se télescopent et hantent l’esprit de la jeune femme (« Points ») ; à la scène de la délivrance (« Est » : le renouveau, le levant) et la force qu’il faut à cette femme pour se libérer enfin de la dépendance d’un homme qu’elle n’aurait jamais dû rencontrer.

Peyrade 2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s