« Burnout » Alexandra Badea (2009)

Dans une pièce pouvant évidemment s’appliquer à maints secteurs, une femme, dénommée « l’évaluée », fait tout ce qu’elle peut pour remplir ses obligations et réussir les objectifs professionnels fixés par sa hiérarchie au sein de son entreprise. Elle s’auto-conditionne, s’auto-persuade, s’auto-motive… au point de se mettre dans le rouge et de faire un burnout. Pourtant, elle essaie de se montrer efficace, performante et productive, pour gagner du temps et travailler plus (et non le contraire) (il ne faut tout de même pas exagérer). Utilisant son temps de manière toujours plus efficiente, elle fait toujours les mêmes courses alimentaires, n’achète que des produits congelés, mange toujours le même menu et aux mêmes heures. Face à elle, son « collègue » s’auto-persuade qu’il ne doit pas avoir honte du métier qu’il fait : évaluateur en ressource humaine. Il le fait pour sa famille, pour sa femme, pour ses enfants, pour faciliter leur vie, pour acquérir une maison secondaire en Bretagne. Lorsqu’il était psy autrefois, un de ses patients s’est suicidé, c’est pourquoi aujourd’hui il ne veut plus courir le moindre risque dans l’exécution de son nouveau métier. En effet, son nouvel emploi comporte des outils d’évaluation efficaces, précis, sans risque. L’évaluateur a bétonné sa nouvelle vie. Au cours de l’entretien annuel, les deux employés se confrontent. Ils se sont préparés séparément. Lors du rendez-vous, l’évaluée est sommée de remplir un questionnaire. Les termes du questionnaire sont de faux contraires. Tenue de choisir, l’employée fait face à une situation inextricable. Le plus important pour l’évaluateur, c’est de mettre les gens dans des cases. Le remplissage de toutes les cases permet à l’évaluateur de ne pas commettre d’erreur sur le compte de sa subordonnée. L’évaluée s’efforce de répondre du mieux qu’elle peut. Elle se demande comment devenir infaillible et comment plaire à ses supérieurs, à ses employeurs, à son entreprise ? Elle se consacre à la lecture d’un livre « Comment devenir exceptionnelle ? en 50 leçons ». De son côté, l’évaluateur a l’obsession de la perfection. Il aspire au meilleur, jusque dans sa vie privée. Il veut la meilleure baby-sitter, la meilleure mutuelle, la meilleure alimentation. Il donne tellement satisfaction à sa hiérarchie qu’il monte en grade. Il devient « responsable de l’évaluation du personnel et du burnout ». Comment définit-on le burnout ? Ainsi : épuisement professionnel consécutif à l’exposition d’un stress permanent et prolongé. Pourtant, à la fin, c’est l’évaluateur qui se suicide…

« Contrôle d’identité » (2009)

Chemin de croix d’un immigré désireux de rentrer en France.

« Mode d’emploi » (2009)

Des tracasseries administratives réservées aux réfugiés politiques aux modes d’emploi dans la vie quotidienne. Comment tenir debout dans la vie moderne ?… Inventaire des modes et des figures de domination, par surcroît lorsqu’on est étranger…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s