« Croire aux fauves » Nastassja Martin, mise en scène Emilie Faucheux, avec Emilie Faucheux et Michael Santos (2021)

Le théâtre souvent…, pas toujours (mais ici oui), le théâtre… qui raconte, qui est fait pour raconter, avec la création sonore en direct, les éclairages, l’immédiate efficacité de la voix sonorisée et adressée, sans intermédiaire, d’une intimité (l’actrice narratrice) à une autre (les spectateurs), l’interprétation de la comédienne, hissant l’histoire (réellement vécue), écrite par l’anthropologue Nastassja Martin, le plus souvent, sans esbrouffe, sans artifices, juste ce qu’il faut ; ce théâtre, hormis quelques exceptions : le démarrage au lointain dans une barre lumineuse (les barres lumineuses se déclinant ensuite en variations diverses), les écarts à cour ou à jardin, les moments prosaïques à la rampe, les moments assis à la table du musicien, ce récit fondamental (primordial), on peut citer quelques passages : l’entame du récit avec l’ours venant juste de s’enfuir après l’attaque, l’attente des secours par hélicoptère, l’arrivée aux urgences dans un hôpital du Kamtchatka, région où l’anthropologue travaille depuis quelques années et où elle a fait la rencontre majeure d’une famille du peuple Evène, son long séjour à l’hôpital dans un service de réanimation dans ce pays de l’Est, les frasques du médecin-chef avec les infirmières plutôt exotiques, le souvenir de ses excursions, le choc des cultures, l’interrogatoire des services de police soviétiques, le retour à la métropole, la seconde opération de la mâchoire dans un hôpital français, les raisons pour lesquelles elle exerce son métier, les amitiés tissées avec les habitants de ce pays reculé, le rapprochement du combat singulier, le passage (puisqu’il le faut) par une « primitivation » de soi, après la « primitivation » du complice situé aux manettes musicales, le récit, entrecoupé de quelques gestes « explosifs », ce don, avec épure, justesse et économie, l’essentiel étant, pour Nastassja Martin et peut-être davantage encore pour Émilie Faucheux (?), de ne pas repousser le fauve, mais a contrario, puisque la rencontre est inéluctable, de le faire vivre en soi, d’apprendre à « l’apprivoiser » et à cohabiter avec lui, avec les effarements, les frayeurs et les émotions, parfois violentes, que cela suppose…, ce théâtre, Émilie Faucheux et Michael Santos, son compagnon de scène, véritable partenaire du duo, le savent… c’est au centre qu’il se joue. C’est au centre qu’il se solennise, c’est au centre qu’il se hausse au rang de la tragédie grecque (la langue de Nastassja Martin étant parfois si poétique) et qu’il devient, avec toute la sobriété requise, comme c’est souvent ici le cas, majesté.

Croire aux fauves
Texte Nastassja Martin (éditions Verticales)
Mise en scène Émilie Faucheux
Avec Émilie Faucheux et Michael Santos
Lumières Guillaume Junot
Création sonore Michael Santos et Emilie Faucheux
Costumes, accessoires et maquillage Amélie Loisy

Production Ume Théâtre
Avec le soutien de la Ville de Dijon, Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, Conseil Général de Côte d’Or, Conseil Général de l’Yonne
Accueil en résidence Théâtre d’Auxerre, Artdam (Longvic), Le Théâtre (Macon)

Durée : 1h15

Festival d’Avignon Off 2021
Présence Pasteur
du 9 au 27 juillet 2021, à 17h15 (sauf les 9, 12 et 26)

Festival Scènes en verts, Dijon
du 4 au 8 octobre

Théâtre de la Reine Blanche, Paris
le 16 octobre

Abbaye de Corbigny
le 9 novembre

Le Réservoir, St Marcel
le 19 novembre

L’Atheneum, Dijon
le 7 décembre

Auditorium de Joigny
le 28 janvier 2022

Théâtre de Beaune
le 3 février

Centre culturel Louis-Aragon, Oyonnax
le 12 avril

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s