« Vivre dans le feu » (confessions) Marina Tsvetaeva (écrits 1892-1941)

Dans sa préface, Tzvetan Todorov écrit :  « Le grand écrivain formule certes de beaux vers, produit des ouvrages saisissants, raconte des histoires envoûtantes, mais il a une ambition plus haute : penser intensément et dire – dans l’urgence – le vrai. » Un mot semble désigner l’état d’esprit qui caractérise en permanence la poétesse : l’incandescence. Pourquoi le feu ? … Continuer la lecture de « Vivre dans le feu » (confessions) Marina Tsvetaeva (écrits 1892-1941)

« Chemin de fer » Alexis Forestier, Itto Mehdaoui, Cie les Endimanchés (2021)

Aujourd’hui, les théâtres peuvent-ils aménager un espace pour les spectacles à contre-courant ? Un artiste aujourd’hui a-t-il seulement la possibilité d’être à contre-courant ? Ce sont les questions posées par le dernier spectacle « Chemin de fer » de la cie les Endimanchés mis en scène par Alexis Forestier en partenariat avec sa collaboratrice Itto Mehdaoui. En filant l’image … Continuer la lecture de « Chemin de fer » Alexis Forestier, Itto Mehdaoui, Cie les Endimanchés (2021)

« Les échos de la forêt » Mathilde Souchaud (2022)

Avec « Les échos de la forêt », Mathilde Souchaud a écrit une pièce grave, une pièce même très grave, mais dans le même temps, elle a écrit une pièce « très drôle », une tragi-comédie familiale. « L’histoire se répète deux fois, disait Karl Marx (on le sait, on le répète). Une première fois comme une tragédie, la … Continuer la lecture de « Les échos de la forêt » Mathilde Souchaud (2022)

« Les toilettes de l’entreprise », Tristan Choisel (2021)

Au fil d’un récit et de dialogues anonymisés (le lecteur doit chaque fois reconstituer le contexte d’énonciation de la parole et retrouver l’identité des locuteurs), Tristan Choisel, doté d’un fort esprit humoristique, « saisit » le prétexte d’un phénomène paranormal, à savoir la disparition inquiétante de plusieurs membres du personnel  dans les toilettes d’une entreprise de fabrication … Continuer la lecture de « Les toilettes de l’entreprise », Tristan Choisel (2021)

« Mon visage d’insomnie », Samuel Gallet (2022)

La pièce commence comme un théâtre ordinaire, avec des situations ordinaires. Un foyer d’accueil situé au bord de la mer, c’est l’hiver, il fait froid, le vent siffle. L’arrivée d’un éducateur âgé (55/60). Il vient prendre la relève d’une éducatrice beaucoup plus jeune que lui (25 ans). Elle quitte son emploi pour aller s’occuper de … Continuer la lecture de « Mon visage d’insomnie », Samuel Gallet (2022)

« Théâtre choisi VII. Tragédies sanglantes : L’Empereur, Fantasmagories, Mise à mort » Hanokh Levin (2018)

Dans ce théâtre-là, quelque chose se réinvente (dans la pure tradition judaïque ?). Émasculations et autres supplices abondent sur la scène. « L’Empereur » (1996) De jeunes garçons naissent de l’union secrète de l’Empereur avec de jeunes filles. Les nouveaux nés sont abandonnés. Ils réapparaissent quelques années plus tard. Des mères, les jeunes filles d'autrefois, devenues … Continuer la lecture de « Théâtre choisi VII. Tragédies sanglantes : L’Empereur, Fantasmagories, Mise à mort » Hanokh Levin (2018)

« Au bord » Claudine Galea (2010)

« L’autrice a tout essayé ». C’est ce que l’on se dit, à bon ou à mauvais droit. Sur la base d’une célèbre photographie choc, où l'on voit une femme GI traîner un prisonnier nu au sol, attaché à une laisse avec un collier autour du cou, l’autrice a essayé toutes les façons possibles de parler de … Continuer la lecture de « Au bord » Claudine Galea (2010)

« Versus » Rodrigo García (2008)

Avec cette création, Rodrigo García continue d’explorer son théâtre disjoncté, sarcastique et métaphorique. En guise d’apéritif, il évoque son animosité envers les enfants. Deux hommes entrent sur le plateau. Plutôt de parler de ce qui heurte la majorité des gens, ils présentent de ce qui les heurtent eux : à savoir, le comportement les enfants et la … Continuer la lecture de « Versus » Rodrigo García (2008)

« J’ai acheté une pelle chez Ikea pour creuser ma tombe » Rodrigo García (2002)

Dans cette pièce de 2002, Rodrigo García poursuit son théâtre d’autodérision, de preuves et de témoignages par l’absurde. A la Diogène. Extrait 1 Dans un squat, une grande aire de banquettes défoncées, un couple positionné frontalement face à la salle, torses dénudés, a plié ses habits et les a déposés au sol devant lui. Leur … Continuer la lecture de « J’ai acheté une pelle chez Ikea pour creuser ma tombe » Rodrigo García (2002)

« Approche de l’idée de méfiance » Rodrigo García (2006)

Avec cette nouvelle création de 2006, Rodrigo García poursuit l'exploration de son théâtre disjonctif, discordant, discrépant, désaccordé entre le texte et l’image, se refusant à l'exécution un théâtre illustratif et explicatif. Le texte procède d’une direction : un rejet de la société de consommation, un refus la société de la quantité à l’opposite de la société … Continuer la lecture de « Approche de l’idée de méfiance » Rodrigo García (2006)