« Retour à Reims », Thomas Ostermeier, Didier Éribon (2019)

Quelle est la vie d’un transfuge social ? Quel est le processus de transfert d’une classe – pauvre – à l’autre – favorisée ? Où en est la lutte des classes aujourd’hui ? Ces luttes existent-elles toujours (puisque certains en doutent…) ? Si oui, comment se manifestent-elles ? Quel est l’itinéraire de la gauche au … Continuer la lecture de « Retour à Reims », Thomas Ostermeier, Didier Éribon (2019)

Publicités

« Una costilla sobre la mesa : Madre », Angélica Liddell (2019)

Pour Antonin Artaud (de mémoire), « l’acteur est celui qui brûle et fait encore signe à travers les flammes du haut de son bûcher. » Pour Pasolini (à nouveau de mémoire), « L’auteur est celui qui produit sur lui-même des blessures plus ou moins graves afin d’être un auteur véritable. » Angélica Liddell est à la fois un Pasolini … Continuer la lecture de « Una costilla sobre la mesa : Madre », Angélica Liddell (2019)

« Prométhée enchaîné » d’après Heiner Müller, mise en scène Vincent Bonillo (2019)

C’est incontestable, Vincent Bonillo produit un théâtre de recherche. Quand d'ordinaire le théâtre est ce que l’on voit, chez Bonillo, le théâtre est ce que l’on montre, il s’agit d’un théâtre de monstration, de rite, de cérémonie. Un peu surélevée, la scène est le lieu de cette monstration. Protagonistes du rite, figures réincarnées du théâtre … Continuer la lecture de « Prométhée enchaîné » d’après Heiner Müller, mise en scène Vincent Bonillo (2019)

« Festen » mise scène de Cyril Teste (2017)

Pourquoi y a-t-il des caméras, un filmage continu (par gros plans souvent) et une transmission en direct sur grand écran situé au-dessus du décor de « Festen » ? Pour sa dernière mise en scène, Cyril Teste utilise deux ou trois principes directeurs simples. Dans toute situation de vie, il y a l’endroit… L'endroit, ici, c’est le salon … Continuer la lecture de « Festen » mise scène de Cyril Teste (2017)

« Volia Panic » Alexis Forestier, compagnie les endimanchés (2019)

« Ne croyez pas que ma place soit chez les fous » dixit un personnage de « Volia Panic »... N’attendez-pas d’Alexis Forestier qu’il raconte une histoire bien ficelée, conventionnelle,  naturaliste ou réaliste, avec des personnages bien convenus et une intrigue bien commune. N’attendez-pas non plus qu’il produise un théâtre épique ou antique d’aujourd’hui… A l’instar de … Continuer la lecture de « Volia Panic » Alexis Forestier, compagnie les endimanchés (2019)

« Belgian rules/Belgium rules » Jan Fabre (2017)

Chez Jan Fabre, un spectacle doit être SPECTACULAIRE (ou ne doit pas être). Il s’agit d’une fête, d’une immense fête païenne (l’un des derniers spectacles de Jan Fabre, « Mount Olympus » -  d’une durée de 24 heures ! - s’inspirait des Bacchanales et de Dionysos). Marathon du même acabit, « Belgian rules/Belgium rules » est un immense réquisitoire et … Continuer la lecture de « Belgian rules/Belgium rules » Jan Fabre (2017)

« L’homme de rien » de Marion Aubert, mise en scène Eric Petitjean (2019)

Voilà une expérience de spectateur très étrange ! Un spectacle d’une force et d’une personnalité incontestables (malgré de nombreuses chutes de régime sur la fin), un univers très fort, un théâtre épique très affirmé, un refus absolu du naturalisme, un théâtre en quête d’une indéniable efficacité, voilà des interprètes solides ; du point de vue scénographique … Continuer la lecture de « L’homme de rien » de Marion Aubert, mise en scène Eric Petitjean (2019)