« J’ai acheté une pelle chez Ikea pour creuser ma tombe » (« Compré una pala en Ikea para cavar mi tumba ») Rodrigo García (2002)

Comme souvent chez Rodrigo García, tout est dans la parodie du titre dont le stéréotype sarcastique exerce un attrait sur le spectateur. Par pure provocation souvent, peut-être aussi comme il l’écrit dans « Fallait rester chez vous, têtes de nœud » parce que : « Moi aussi j’ai eu une vie merdique et je ne m’en plains pas », Rodrigo García … Continuer la lecture de « J’ai acheté une pelle chez Ikea pour creuser ma tombe » (« Compré una pala en Ikea para cavar mi tumba ») Rodrigo García (2002)

« L’histoire de Ronald, le clown de McDonald’s » (« La historia de Ronald, el payaso de McDonald’s ») Rodrigo García (2002)

Depuis sa pièce « Boucher espagnol » en 1988, Rodrigo García a « inventé » un genre. Pourvu d’une somme importante de joyeux cynisme (cette fameuse philosophique grecque), au fil de textes plus exagérés, plus drolatiques, plus ironiques et plus sarcastiques les uns que les autres (à ne pas prendre au pied de la lettre. Quoique… Car la position … Continuer la lecture de « L’histoire de Ronald, le clown de McDonald’s » (« La historia de Ronald, el payaso de McDonald’s ») Rodrigo García (2002)

« After sun » Rodrigo García (2000-2002)

Les personnages du théâtre de Rodrigo García ont toujours apprécié deux choses : les sportifs de haut niveau et l’art (l’histoire de la peinture, l’histoire de la musique, etc.) et ils mêlent indissolublement les deux. Dans « Prometeo » apparait le boxeur de la pièce qui pourrait être Carlos Monzón, dans « After sun » figure le footballeur (argentin, comme … Continuer la lecture de « After sun » Rodrigo García (2000-2002)

« L’avantage avec les animaux, c’est qu’ils t’aiment sans te poser de questions » (Lo bueno de los animales, es que tu quieren sin preguntar nada » de Rodrigo García (2003)

Trois personnages (L’un Carlos vient d’apprendre à 36 ans qu’il a un cancer) devisent de la vie et de la mort. Dans une mauvaise blague, qui fait pourtant bien rire, le médecin annonce à Carlos une bonne et une mauvaise nouvelle ; la mauvaise, c’est qu’il a un cancer ; la bonne, c’est que le médecin se … Continuer la lecture de « L’avantage avec les animaux, c’est qu’ils t’aiment sans te poser de questions » (Lo bueno de los animales, es que tu quieren sin preguntar nada » de Rodrigo García (2003)

« Fallait rester chez vous, têtes de nœud » (Haberos quedado en casa, capullos) Rodrigo García (2002)

En lieu et place d’une pièce au cours de laquelle ils devaient se livrer à la tuerie organisée de divers animaux déposés de manière incompatible dans un aquarium, cinq personnages se livrent à cinq monologues. Dans le premier monologue, un homme, porteur d’un tee-shirt « I love Base-Ball » (?), n’aspire plus qu’à « foutre des baffes ». Rien de … Continuer la lecture de « Fallait rester chez vous, têtes de nœud » (Haberos quedado en casa, capullos) Rodrigo García (2002)

« Roi Lear » (« Rey Lear ») Rodrigo García (2000)

Flanqué de son clown qui l’insulte constamment (en le traitant de connard), le Roi Lear veut assister à la guerre mondiale qu’il a peut-être provoquée depuis sa chaise pliante. Pendant le conflit, il désire se rendre au Musée Prado ou à l’Académie Royale San Fernando afin de dérober, « pendant que tout le monde s’en … Continuer la lecture de « Roi Lear » (« Rey Lear ») Rodrigo García (2000)

« Burnout » Alexandra Badea (2009)

Dans une pièce pouvant évidemment s’appliquer à maints secteurs, une femme, dénommée « l’évaluée », fait tout ce qu’elle peut pour remplir ses obligations et réussir les objectifs professionnels fixés par sa hiérarchie au sein de son entreprise. Elle s’auto-conditionne, s’auto-persuade, s’auto-motive… au point de se mettre dans le rouge et de faire un burnout. Pourtant, elle … Continuer la lecture de « Burnout » Alexandra Badea (2009)

« Quai Ouest » Bernard-Marie Koltès (1985)

Elle ne sait pas où elle est. Elle redoute d’être accostée par une bande de types. Elle se sent dans un trou noir. Elle entend des bruits, des cris de chiens sauvages. Elle ne voit pas le sol, elle ne perçoit pas ce qui rampe à terre. Elle est perdue. Fatiguée. Il prétend savoir où … Continuer la lecture de « Quai Ouest » Bernard-Marie Koltès (1985)

« Survie », « La magie lente », « La rivière » Denis Lachaud (2018)

« Survie » Les couples se croisent, leurs dialogues s’entremêlent (comme souvent dans l’écriture de Denis Lachaud) mais ils ne communiquent pas « réellement ». Les personnages sont co-présents, mais ils s’expriment en forme de monologues sans établir de « véritables » dialogues ou bien parcimonieusement. Ils communiquent à un niveau autre... Sonia s’est sauvée parce qu’elle ne supportait plus de … Continuer la lecture de « Survie », « La magie lente », « La rivière » Denis Lachaud (2018)

« Notes de cuisine » (« Notas de cocina ») Rodrigo García (1998)

Une table où l’on pourrait cuisiner pour de vrai... Les hommes cuisinent, la femme non. Posée au sol, la reproduction du tableau de « La Joconde ». Les recettes de cuisine sont attribuées à Léonard de Vinci. Après l’avoir proprement insultée, les hommes se disputent la femme qui est peut-être, parmi eux, la seule à avoir un … Continuer la lecture de « Notes de cuisine » (« Notas de cocina ») Rodrigo García (1998)