« Des idiots nos héros » de et mis en scène par Moreau (2018)

Certainement Moreau doit avoir d’illustres prédécesseurs ; pour l’écriture, Samuel Beckett ; pour l’extrême efficacité et l'économie de moyens de mise en scène, Samuel Beckett à nouveau ; pour les images (presque) fixes, l’extrême lenteur des déplacements et des mouvements, la tension vers un point d’arrivée : Claude Régy et (si Moreau l’a connu) l’un des épigones de … Continuer la lecture de « Des idiots nos héros » de et mis en scène par Moreau (2018)

Publicités

« Juliette » d’après « Roméo et Juliette » de William Shakespeare mise en scène Charly Marty (2018)

Comme Victor Hugo fait toute autre chose (hormis quelques pages) en écrivant un livre sur William Shakespeare en 1864, Charly Marty (toutes proportions gardées) fait toute autre chose (hormis quelques scènes) en créant un spectacle d’après Roméo et Juliette de William Shakespeare, à la fois un spectacle sur Roméo et Juliette (les scènes du début : … Continuer la lecture de « Juliette » d’après « Roméo et Juliette » de William Shakespeare mise en scène Charly Marty (2018)

« Je ne suis pas jolie », textes d’Angélica Liddell, mise en scène Julien Barbazin (2018)

Pour Angélica Liddell, la relation entre les hommes et les femmes (du fait des hommes) n’a jamais été un chemin parsemé de roses, au contraire elle a plutôt été comparable pour reprendre la formule de Thomas Hobbes (in « Léviathan ») à « Bellum omnium contra omnes », à la guerre de tous contre tous, ou mieux à la … Continuer la lecture de « Je ne suis pas jolie », textes d’Angélica Liddell, mise en scène Julien Barbazin (2018)

« Loretta Strong » de Copi, mise en scène de Florent Barret-Boisbertrand (2018)

Dans la mise en scène de Florent Barret-Boisbertrand, Marie Champain (l’interprète) invite à la fois à un burn-out théâtral et à un concert (d’enfer) de femme-orchestre. Ça démarre en fanfare, elle entre, frappe au sol de toutes ses forces avec le brigadier et s’assoit à sa table (il y a des restes de fête, des … Continuer la lecture de « Loretta Strong » de Copi, mise en scène de Florent Barret-Boisbertrand (2018)

« Deux mots »  de Philippe Dorin, mise en scène de Monique Hervouët (2018)

Elle entre, se présente, intimidée (un peu), discrète, s’excusant presque d’être là et de jouer (« deux mots ») - passante -, délicate et... causante. Elle s'adresse, montre son manteau, son visage, son corps (son cul), son sourire, ses ongles (vernis en bleu), sa robe et son sourire. Elle se lance dans une leçon de choses (et … Continuer la lecture de « Deux mots »  de Philippe Dorin, mise en scène de Monique Hervouët (2018)

« Le fauteuil à bascule » de Jean-Claude Brisville, mise en scène de Jean-Luc Borgeat (2017)

Jean-Luc Borgeat défend un théâtre de la conversation. Un homme, ex-directeur de la publication rayon littérature venant d’être licencié, se présente chez son (ex)directeur général (une grosse maison d’édition) adepte de musique classique résidant dans un appartement ascétique : tapis rouge, fauteuil et canapé, valet de chambre en bois, porte-cannes, bar-bibliothèque – avec quelques bouteilles … Continuer la lecture de « Le fauteuil à bascule » de Jean-Claude Brisville, mise en scène de Jean-Luc Borgeat (2017)

« Quelque chose suit son cours » Anaïs Marty (2018)

Anaïs Marty place sa création (présentée comme sonore) « Quelque chose suit son cours » (autrement dit : un processus. Ou une chose en train de se faire) sous le patronage d’une citation extraite d’un texte célèbre de Pasolini sur les lucioles. Composées d’un échantillonnage de voix enregistrées ici où là depuis 2015, ces paroles offertes à l’écoute … Continuer la lecture de « Quelque chose suit son cours » Anaïs Marty (2018)