On Kawara

On Kawara, né au Japon en 1932,  est considéré comme l’un des acteurs principaux de l’art conceptuel.

En 1955-56, il réalise un ensemble de dessins, conçus au départ pour former un livre intitulé Death Masks (Masques de la Mort) et qui devait constituer la première partie d’un ensemble inachevé de Portraits de Japonais. L’artiste va en tirer un port-folio de 30 gravures, publié en 1995 et nommé Thanatophanies (littéralement : Apparitions de la mort).

kawara thanatophanies

En 1959, il quitte le Japon pour s’installer à New York.

Le 4 janvier 1966, il peint la première de ses Date Paintings (Peintures de dates), basées sur un protocole rigoureux : un monochrome d’une couleur foncée (le plus souvent bleu, vert, rouge, marron ou gris) au centre duquel est peinte en blanc la date du jour de réalisation de la toile, dans la langue du pays où l’artiste se trouve au moment de son exécution.

Kawara date paintings 2

Quand elles ne sont pas exposées, les Date Paintings sont placées dans une boîte accompagnées d’un article du journal de la ville dans laquelle chaque tableau est peint. Chaque peinture est conservée dans une boîte en carton fabriquée sur mesure, et accompagnée d’une page du journal local daté du jour de sa réalisation.

kawara date paintings 1

Entre 1966 et 1968, il commence diverses séries qui forment une autobiographie constituée de points de référence qui croisent le social, I Met (J’ai rencontré), énumération en toutes lettres et en capitales sur papier blanc des noms propres rencontrés chaque jour (Yvonne Rainer à Halifax en 1973 ; Hanne Darboven à Paris ; Hiroko Hiraoka…)

 

Le culturel, I Read [J’ai lu]

prend la forme d’un set de 6 volumes. Sur chacune des 3 272 feuilles de papier ligné d’I Read, On Kawara colle minutieusement et recto-verso des coupures de presse annotées et datées. Sur une même page apparaissent ainsi juxtaposés ou superposés plusieurs articles de quotidiens. Rien ne lie ces articles entre eux si ce n’est la date à laquelle se sont produits les faits relatés dans les articles. Ainsi, certains journaux sont datés d’un ou de plusieurs jours de plus que la date inscrite par l’artiste en tête de page d’I Read, mais cette date reste celle à laquelle l’artiste a précisément peint une Date Painting. Une page de I Read correspond donc à une Date Painting. Collections de coupures de presse lues, I Read informe donc autant sur l’actualité internationale que sur l’activité « picturale » de l’artiste, 48 ans d’événements politiques, économiques, sociaux, mais également publicitaires et typographiques : pourparlers parisiens de la guerre du Vietnam ; course à la conquête de l’espace ; Nicaragua ; Iran ; petites annonces immobilières ; prévisions météorologiques ; Russie sous Eltsine ; Lady Di ; les cartels de la drogue au Mexique…


Le temporel, I Got Up At  (Je me suis levé à), cartes postales envoyées de 1968 à 1979…

Et le géographique, I Went [Je suis allé], photocopies de plans de villes, marquées de ses itinéraires, parfois des allers-retours entre résidence et restaurant à Paris, Downsville, Berlin, Venise, New York… recueils d’itinéraires parcourus : tout est conservé dans des plastiques transparents rigoureusement rassemblés dans des classeurs, dont nombre de pages sont présentées comme le relevé de compte d’une vie…

 

 
La série des télégrammes I Am Still Alive [Je suis toujours vivant] est amorcée dès 1969. Durant près de trente ans, On Kawara envoie des télégrammes à intervalles réguliers dans le monde entier, à différentes personnalités (Michel Claura, Yvon Lambert, Ghislain Mollet-Viéville en France, Lucy Lippard, Seth Siegelaub, Herman Daled, etc) ou comme des signaux de vie en réponse à des questions concernant son travail.

Kuwara I Am Still Alive 1

En 1969, One Million Years immenses livres où sont énumérées à la machine à écrire toutes les années composant un million d’années. Le premier volume, Past – For All those who have lived and died [Pour tous ceux qui ont vécu et qui sont morts], commence en 998031 avant notre ère et se termine en 1969 après J-C, exactement un million d’années (One Million Years) plus tard. A cette date commence l’œuvre One Million Years transcrite sous la forme d’une édition de 2000 pages.

Kawara One Million Years 2

1993, le second volume, Future – For the last one [Pour le dernier des hommes], commence en 1993 après J-C et se termine également un million d’années plus tard, en 1001992. Cette période fut transcrite de la même manière, dans une édition de 2000 pages. Le texte de chaque page est établi en 10 colonnes, rigoureusement alignées et subdivisées en 5 blocs de 100 ans. Chaque bloc est composé de 10 lignes et chaque ligne contient une décennie. Chaque volume contient 2 068 pages. Les deux volumes du livre correspondent précisément, leur organisation interne est identique.

 

kawara one_million_years

La première lecture de One Million Years a eu lieu en 1993 au Dia Center for the Arts de New York. Depuis, des lectures en direct ont été effectuées à travers le monde, un homme et une femme alternant la lecture de dates passées et futures. Chaque nouvelle lecture se poursuit dans l’ordre numérique depuis la session précédente jusqu’à ce que toutes les années soient lues. Dans une enceinte en verre, les participants masculins et féminins assis côte à côte lisent les dates à tour de rôle, en passant d’un volume à l’autre.

 

Kawara One Million Years lecture

Depuis 1993, des lectures en direct (et des enregistrements) ont été effectuées dans des villes du monde entier. 1999, L’enregistrement sonore de One Million Years, en public ou en studio, a commencé en 1999, à l’occasion d’une grande exposition itinérante internationale : deux voix énumèrent les dates passées et futures, poursuivant à chaque fois les lectures précédentes. Les dates paires sont lues par une voix féminine, les dates impaires par une voix masculine. La lecture intégrale de ces deux millions d’années tiendra sur quelque chose comme 4000 CD…

On Kawara est mort à New-York le 10 juillet 2014 à l’âge de 81 ans.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s