Cyprien Gaillard

Né à Paris en 1980, vivant et travaillant à Berlin, Cyprien Gaillard met à l’épreuve une certaine image romantique de la nature, ou supposée comme telle, par un geste qui relève de l’infraction ou du « vandalisme ».

2003 : Real Remnants Of Fictive Wars

L’artiste déclenche des extincteurs industriels dans des paysages à la lisière entre nature et architecture. Dans une succession de plans séquences fixes, on voit apparaître, puis se dissiper, une épaisse fumée blanche provenant d’extincteurs dissimulés.

 

 

 

2005 : Suburban Odyssey, Belgrade

Gaillard Suburban Odyssey, Belgrade

 

2005 : With Belief in the Age of Disbelief

L’artiste introduit des bâtiments contemporains dans des estampes néerlandaises du XVIIe siècle.

 

2007 : Homes & Graves & Gardens # 2

Le 14 juillet 2007, lors de l’inauguration de son exposition personnelle au Centre international d’art et de paysage de l’île de Vassivière, Cyprien Gaillard a demandé à faire exploser le traditionnel feu d’artifice à l’intérieur du phare. Le spectateur peut assister au spectacle grâce au son et aux traces de l’explosion.


2007 : The Lake Arches

Un jeune homme se casse le nez après avoir plongé dans un plan d’eau ceinturant une emblématique architecture postmoderne de logements sociaux.

 

2007 : Cairns

Photographies d’amas de gravas prises juste après la démolition d’immeubles dans le cadre de réhabilitations urbaines.


2007 : Desniansky Raion

Le montage d’images tournées dans les banlieues de Paris, Saint- Pétersbourg, Belgrade et Kiev, se compose de trois parties : une rixe entre deux bandes rivales, la mise en lumière de la destruction d’une barre d’immeubles à Meaux et la vue aérienne d’une cité de Kiev.

 

Gaillard Desniansky Raion 00

 

2008 : Crazy Horse

La sculpture monumentale, la plus grande au monde, du chef amérindien, en train d’être taillée au bulldozer et à l’explosif.

Gaillard Crasy Horse

 

2008 : Cenotaph to 12 Riverford Road, Pollokshaw, Glasgow,

Un obélisque de 15 tonnes en béton recyclé après la démolition d’un immeuble de logements sociaux de Glasgow.

Gaillard Cenotaph to 12 Riverford Road 1

 

2008 : La grande allée du château de Oiron

L’allée principale du château de Oiron couverte de dizaines de tonnes gravats recyclés provenant d’une tour démolie d’Issy-les-Moulineaux, obligeant le visiteur à marcher sur les ruines de l’utopie moderniste pour accéder à un chef d’œuvre du patrimoine.

 

Gaillard La grande allée du château de Oiron 2

 

2009 : Pruitt Igoe Falls

Fondu enchaîné de la démolition nocturne d’une tour à Glasgow et l’illumination des chutes du Niagara.

 

 

2009 :  Cities of Gold and Mirrors

Parallèle entre la déréliction de la jeunesse et les ruines des civilisations précolombiennes à Cancún, au Mexique.

 

 

2009 : Dunepark

A la Haye, avec l’aide de gros engins de terrassement et des bénévoles de la Fondation Atlantikwall Museum Scheveningen, excavation d’un bunker de la Seconde Guerre mondiale enfoui et oublié sous une dune de sable…

 

2011, New Picturesque

Tout élément narratif de peintures de paysages du XVIII et XIXe siècle effacé avec de la peinture blanche.

 

2011 The Recovery of Discovery

72 000 bouteilles de bière de la marque Efes, dont le nom tire le meilleur parti de la mythologie de l’ancienne ville grecque d’Efes, ont été transportées de Turquie en Allemagne. Les boîtes en carton remplies de bouteilles forment les marches de la pyramide. En escaladant la sculpture et en buvant de la bière, sa destruction est exécutée…

 

2011 : Artefacts 

Ce court métrage a été tourné sur un téléphone puis transféré dans un film 35mm. Le projecteur cinématographique et son son d’origine, placé au milieu de la pièce, participent déjà à la composition d’un paysage d’objets façonnés à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de l’écran. Le film lui-même est un document filmé en Irak occupé sur les traces de l’ancienne et de la nouvelle Babylone. La différence d’échelle entre les gigantesques ziggourats et les soldats américains découvrant les trésors architecturaux de l’ancienne Babylone est frappante. L’Iraq est en quelque sorte anthropomorphisé par son patrimoine et les soldats de l’occupation ne peuvent s’empêcher d’être humiliés par sa grandeur.

 

2012 : What It Does To Your City

Cyprien Gaillard présente dix nouvelles sculptures. L’artiste reprend une image familière des musées d’histoire naturelle et des collections archéologiques : trois rangées de stèles étroites définissent l’espace. De lourdes vitres protègent des artefacts massifs, apparemment précieux. Les objets sont en fait les dents de pelles excavatrices.

Gaillard Does 0

 

2013 : Captain Blood’s Moorhen


2015 : Nightlife

Une vidéo 3D projetée sur un mur entier procure une expérience immersive hypnotique, le sample en boucle d’un vers de la chanson Black Man’s Pride d’Alton Ellis (« I was born a loser ») animant hypnotiquement les formes ondulantes de végétaux tropicaux filmées à Hollywood, puis le vol lent de fusées d’artifice fluorescentes sur le fond d’un ciel nocturne. Puissantes et élégantes, les transitions d’une séquence à l’autre construisent au sein de l’œuvre un univers onirique, exprimant l’intérêt pour le motif de la dégradation des paysages urbains et les méditations postapocalyptiques. Le tissu des références est serré, du Penseur de Rodin de Cleveland – dynamité en 1970 par le mouvement radical Weather Underground – au stade olympique de Berlin illuminé de feux d’artifices extravagants. La végétation tropicale (les genévriers –autre espèce invasive) introduite à l’occasion des jeux olympiques de 1932 à Los Angeles, rend visible, quant à elle, l’anthropisation du territoire, en même temps qu’elle annonce son abandon et sa reconquête finale par la « nature ».


2015 : Koe

L’artiste suit un ensemble de perroquets verts originaires d’Afrique et d’Asie, importés en Europe comme oiseaux de cage. Ils sont importés en Allemagne en 1960. Ces immigrants du royaume animal ont trouvé leur place dans l’écosystème et l’architecture de Düsseldorf. Le vert de leur plumage trace ses lignes anachroniques  au cœur de la cité marchande, des enseignes de luxe, des bâtiments éthérés, du shopping omniprésent. Cet oiseau, la perruche à collier, échappé de sa cage domestique, a trouvé dans certaines villes européennes un abri de choix. Son aspect séduisant pourrait faire oublier qu’il s’agit d’une espèce invasive mettant en danger les écosystèmes autochtones.

2 réflexions sur “Cyprien Gaillard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s